Mode écran

 

Mode tablette

 

Mode mobile

 

Mode print

 

05

Conseils

Alerte aux Puces

Alerte aux puces

LES CONSEILS DU DR EMMANUEL BENSIGNOR - Dermatologue spécialiste pour animaux de compagnie

Avec les beaux jours, les puces et leur indésirable cortège de petits soucis réapparaissent. La biologie de ces insectes est maintenant bien connue et la lutte anti-puce en est facilitée.

Vous trouverez ici quelques éléments clés à connaître pour bien traiter votre compagnon contre les puces.

La puce est partout à toute saison !

Ctenocephalides felis a supplanté en France la plupart des autres espèces de puces. Ce parasite pullule dans tous les départements, et on note des infestations aussi bien pendant la saison chaude que pendant les saisons plus froides. C. felis est un insecte sans aile, au corps aplati, qui possède une troisième paire de pattes très développée, lui permettant des sauts de grande envergure, ce qui facilite l’acquisition de son hôte. La plupart des chiens et des chats sont infestés, et il est donc souhaitable de protéger votre animal pour qu’il ne soit pas parasité.

 

Le saviez vous ?

• Chez un chat, on retrouve plus de puces dans l'estomac que sur le corps, car les insectes sont avalés pendant le toilettage

• Les zones sur lesquelles on retrouve le plus de puces sont la tête et le cou

• Les puces sont responsables de la transmission de certains vers intestinaux

Lutte contre les puces !

La lutte contre les puces a été considérablement améliorée depuis quelques années, car on connaît désormais bien le cycle de vie de ce parasite qui, contrairement aux idées reçues, est sédentaire, c’est à dire qu’il passe la plupart du temps sur son hôte.

 

La vie des puces

La puce est un petit insecte marron qui aime particulièrement les endroits sombres et tièdes. Les adultes vivent sur les animaux où la femelle pond en moyenne 30 à 50 oeufs par jour lorsque les conditions sont favorables ! Les oeufs ne sont pas adhérents aux poils : oeufs, larves et nymphes sont donc présents dans l'environnement. On les retrouve le plus fréquemment au niveau des sols (plinthes, planchers, tapis). Bien que la résistance des oeufs et des larves soit faible, celle des nymphes est beaucoup plus importante : elles s'entourent d'un cocon dans lequel elles peuvent survivre à des conditions défavorables pendant plusieurs mois. C'est ainsi que lors de l'ouverture d'une maison qui n'a pas été habitée depuis longtemps, il arrive qu'un grand nombre de "puces de plancher" émergent en même temps et envahissent massivement l'habitation. Ces insectes sont en fait de jeunes Ctenocephalides dont le passage du stade nymphal à l'adulte a été déclenché par les vibrations et la chaleur des récents occupants.

MP Habitat Diffuseur

Quel que soit le niveau d'infestation des animaux et des locaux, les désagréments liés à la présence de puces sont nombreux. Il faut donc TRAITER. La première raison est hygiénique : trouver des puces dans son lit n'est pas agréable... En outre, si la pression parasitaire est importante, les puces n'hésitent pas à piquer l'homme. D'autre part, elles hébergent parfois des vers digestifs et, happées par le chat ou le chien, le contaminent à son tour. Enfin chez chien et chat, elles sont une cause majeure de dermatoses variées, allant de démangeaisons modérées à des maladies sévères (pertes de poils, ulcères cutanés, etc...).

Devant toutes ces bonnes raisons de se débarrasser des puces une lutte raisonnée doit être entreprise. Il faut connaître certaines règles de base : éviter le chat ou le chien dans le lit et, mieux encore, dans les chambres. Traiter tous les animaux au minimum aux périodes propices (printemps, automne), idéalement toute l’année. Et en cas d’insuccès ou de forte infestation, il faut toujours y associer un traitement de l'environnement...

 

Les puces vecteurs de maladies

Les puces peuvent transmettre des maladies à leur hôte pendant leur repas de sang (inoculation de microbes ou de parasites) ou en étant ingérées par le chat. Les principales maladies transmissibles sont des virus (leucémie féline), des bactéries (les puces sont responsables des épisodes de peste au moyen age), et des vers (Dypilidium caninum).

LES PUCES : agent n°1 de dermatose

Dans toutes les études épidémiologiques, les puces viennent incontestablement au premier rang des causes de maladies de peau chez les carnivores domestiques. Elles sont responsables de l'apparition de boutons, de chutes de poils secondaires au léchage, de démangeaisons violentes de la face et du cou, de plaques rouges disséminées sur l'abdomen etc.. En présence de démangeaisons, il faut TOUJOURS commencer par revoir le programme de traitement insecticide de l'animal et de son environnement.

Le traitement insecticide fait appel à un traitement directement sur l'animal (collier, sprays, pump-sprays, comprimés, shampooings, spot-on sont disponibles et efficaces).

Le traitement de l’environnement est également nécessaire.

La plupart des produits utilisés sur les animaux ont un effet indirect de décontamination de la maison grâce à un effet anti-ponte et surtout parce que le chien ou le chat en perdant ses poils libère des principes actifs dans l'environnement. Toutefois, il est toujours utile, et parfois indispensable d'associer un traitement direct de l'habitat. Des sprays et foggers (diffusant un nuage de produit dans la pièce traitée) sont disponibles, en général actifs 1 mois contre les adultes et 6 mois contre l'émergence de nouvelles puces.

Sans dramatiser, la lutte anti-puce pour être active ne se résume pas à utiliser n'importe quoi n'importe comment. Un professionnel choisira plus efficacement le produit et la présentation adaptés, en soulignant la nécessité de traiter tous les animaux, parfois l'environnement, régulièrement et aux doses recommandées. Demandez conseil à votre vétérinaire, qui saura vous orienter et vous prescrira la solution la plus adaptée à votre animal.

 
 

Pas de résistance

Contrairement à une idée faussement répandue, il n'existe pas de résistance à l'heure actuelle pour les principaux insecticides disponibles. L'apparente inefficacité d'un traitement est le plus souvent liée à des erreurs lors de la mise en place de la thérapeutique :

• Sous-dosage involontaire

• Traitement trop espacé

• Utilisation fréquente de shampooings

• Absence de traitement des congénères

• Absence de traitement de l'environnement

• Absence de renouvellement du traitement. Il ne faut pas se contenter de traiter lorsqu'on voit des parasites ou uniquement à la belle saison, mais en permanence toute l'année

MP Habitat permet d'éliminer les insectes (puces, poux, punaises de lit...), les acariens (tiques, aoûtats...) et les araignées présents dans l'habitat. Le preméthrine détruit rapidement les parasites adultes. Le méthoprène, analogue de l'hormone juvénile, bloque le cycle biologique en rendant impossible la transformation jusqu'au stade adulte.

Idées reçues

Devant la très grande fréquence des infestations par les puces, certaines idées reçues sont régulièrement rapportées. Voici quelques exemples de fausses croyances populaires :

• Il ne sort pas, il ne peut pas avoir des puces

• Mon chien/chat est propre, donc il ne peut pas avoir de puces

• Il faut traiter simplement au printemps et en été

• Pas la peine de traiter l'environnement puisqu'on le traite régulièrement

MP Habitat Aérosol